espace

Accueil




coin haut gauche coin haut droit
Lettre ouverte aux militants de « Révolution Permanente » et à Anasse Kazib, candidat aux élections présidentielles

ligne blanche



Je m'adresse à vous au nom de l'AGIMO.

Nous estimons que, par deux actes consécutifs, votre mouvement vient de se rapprocher grandement des positions de l'AGIMO.

En premier lieu, vous avez quitté le NPA. Pour montrer toute l'importance, à nos yeux, du choix que vous venez ainsi de faire, quels qu'aient été les circonstances et vos motifs, je rappelle ce qui a été dit par Mercedes Petit lors de la discussion entre les organisations du FIT-U (« Front Unique de la Gauche et des Travailleurs » en Argentine), l'année dernière, à l'occasion du 80ème anniversaire de l'assassinat de Léon Trotsky (voir le texte p. 13).

« Le camarade Castillo (PTS) continue d'insister sur le fait qu'il serait erroné d'appartenir ou de faire partie de larges partis de gauche à tendance alors que les camarades français du PTS font partie du NPA depuis des années lequel soutenait Chávez et Syriza. Castillo a déclaré aujourd'hui, et a persisté dans sa déclaration, qu'ils sont dans le NPA "pour mener la bataille pour le transformer en parti révolutionnaire". Camarade Castillo, dans le NPA, la majorité sont des mandélistes et seront des mandélistes, ils ne seront jamais révolutionnaires. [...] Ne vous faites pas d'illusions sur le fait qu'à un moment donné, le NPA pourrait se transformer en parti révolutionnaire. »

L'AGIMO partage évidemment cette appréciation.

En second lieu, vous avez signé la "Déclaration de soutien international au FIT-U" à l'occasion des élections en Argentine le 14 novembre dernier. Celle-ci affirme notamment :

« On a vu des partis de centre-gauche et pseudo-progressistes, qui ont promis une rupture avec les politiques d'austérité, mais ont fini par appliquer eux-mêmes ces mesures d'austérité. C'est le cas de Podemos dans l'État espagnol, qui fait partie du gouvernement « néolibéral progressiste » du PSOE. Avant, Syriza avait promis un gouvernement anti-austérité, mais a fini par être le meilleur élève du FMI et de l'UE (Union Européenne) pour mettre en ouvre les plans de la troïka, ouvrant ainsi la voie au retour de la droite. »



Kazib


C'est donc la première fois qu'une organisation du mouvement ouvrier, qui envisage de présenter un candidat aux élections présidentielles, se prononce contre le FMI et l'UE pour ne pas faire comme Syriza ou Podemos. C'est encore une décision fondamentale que vous venez de prendre. Ce texte a d'ailleurs été signé personnellement par votre candidat. En toute logique, vous devriez être amenés à vous prononcer pour la sortie de l'UE mais nous pouvons laisser momentanément cette importante question de côté. Il nous faut, en effet, aborder dès maintenant la question de l'élection présidentielle puisque vous êtes en quête de parrainages pour présenter votre candidat : Anasse Kazib.

Nous pensons qu'il y a un moyen pour que nous nous mettions d'accord.

Je veux d'abord présenter ici la position de l'AGIMO. Dans les circonstances présentes nous défendons la stratégie du FUO (Front Unique Ouvrier) qui consiste à agir pour qu'il y ait un seul candidat pour tout le mouvement ouvrier. C'est la seule solution pour qu'il soit possible d'avoir un candidat du mouvement ouvrier au second tour et ainsi être en position de battre tous les candidats du capital. Nous estimons que c'est ce à quoi aspirent massivement les militants du mouvement ouvrier de toutes tendances. Les dirigeants traitres du mouvement ouvrier veulent faire admettre que la division des rangs ouvriers serait une fatalité contre laquelle nous n'aurions pas la possibilité d'agir. Certains capitulards appellent déjà à l'abstention en disant qu'ils vont boycotter de manière active. Il faut bien avoir l'air d'être révolutionnaire avant de voter pour un réactionnaire au second tour.

Précisons que pour avoir un candidat unique du mouvement ouvrier, il suffit qu'il y ait un seul candidat pour les trois principaux partis (PS/PC/LFI). Les autres suivront ou seront balayés.

Vous avez fait le choix de présenter un candidat. Nous vous proposons de maintenir pour l'instant la candidature d'Anasse Kazib mais en faisant campagne sur la même ligne que nous : pour un candidat unique du mouvement ouvrier. Cela suppose que vous vous engagiez à retirer la candidature d'Anasse Kazib si deux des trois candidats PC/PS/LFI se retirent aussi. Si votre candidat annonce dès maintenant que ce sera le sens de sa campagne électorale nous sommes d'ailleurs persuadés que vous n'aurez aucune difficulté pour obtenir les 500 parrainages.

Si vous agissez sincèrement dans ce sens, nous espérons bien que cela aboutira. Si le mouvement ouvrier devait aborder cette élection en ordre dispersé, les travailleurs, en grand nombre, ne se déplaceront pas pour une élection perdue d'avance. Par ailleurs, tout en agissant ainsi, nous n'entretiendrons aucune illusion sur la portée d'une éventuelle victoire électorale. Il s'agit seulement, à cette étape, de battre les candidats du capital. Les travailleurs n'obtiendront rien s'ils ne restent pas mobilisés. Une élection n'a jamais fait de miracle.

L'AGIMO soutiendra la candidature d'Anasse Kazib si c'est bien dans ce sens qu'il mène sa campagne électorale.

Je me tiens à votre disposition pour discuter avec vous de toutes ces questions.

Bien à vous, pour la révolution.



espaceLe 25 novembre 2021

espace Jean Dugenêt




coin bas gauche coin bas droit




coin haut gauche coin haut droit
Message aux camarades espagnols à l'occasion de la XVe conférence de "Lucha internationalista"

ligne blanche

Chers camarades,

Je vous transmets au nom de l'AGIMO un salut fraternel.

Nous sommes engagés dans le même combat pour la révolution socialiste mondiale ce qui nécessite un parti mondial de la révolution.

Je crois que des progrès considérables viennent de se réaliser dans ce sens à partir des initiatives de nos camarades d'Argentine. A l'occasion des élections du 15 novembre pour renouveler près de la moitié du parlement et un tiers du Sénat, la coalition du FIT-U (Front Unique de la Gauche et des travailleurs) qui regroupe 4 organisations se réclamant du trotskysme a fait signer une « déclaration de soutien international ». Celle-ci a été signée par des centaines d'organisations et de militants ayant des responsabilités politiques ou syndicales dans 38 pays. C'est un fait d'une importance capitale.

Il n'est pas question de considérer que tous ces signataires sont intégralement sur notre programme puisque quelques-uns, comme PO (Pouvoir Ouvrier) en Argentine, n'ont pas à leur programme la nécessité de construire (ou reconstruire) une internationale.

Cependant, le fait de rassembler une telle force politique au plan international avec des options politiques communes essentielles est un pas important vers la construction d'un parti mondial de la révolution qui ne pourra être, de notre point de vue, que la IVème internationale reconstituée.

Le rassemblement qui s'opère avec cette déclaration peut être comparé avec les conférences de Kiental et de Zimmerwald où se réunissaient les internationalistes qui avaient refusé la capitulation de la deuxième internationale alors qu'ils n'étaient pas tous d'accord avec les orientations de Lénine ou de Trotsky. Ils ne participeront pas tous, par la suite, à la création de la IIIème internationale.

Le texte de la « déclaration de soutien » montre clairement que les signataires se prononcent pour un combat classe contre classe sans faire la moindre concession aux partis de la bourgeoisie. Les signataires refusent les gouvernements de type Front Populaire dans lesquels les organisations ouvrières sont liées aux partis du capital. Ils refusent que la classe ouvrière soit saignée dans des plans d'austérité pour payer une soi-disant dette que les travailleurs n'ont jamais contractée. Il rejette ainsi toutes les désastreuses expériences récentes en Amérique Latine avec notamment le chavisme. Il refuse d'accorder leur soutien à des gouvernements de conciliation de classe comme celui d'Evo Morales en Bolivie, celui de Lula ou Dilma au Brésil, celui de Castillo au Pérou, celui de Pinera au Chili.

Pour ce qui concerne l'Europe la déclaration indique notamment :

« on a vu des partis de centre-gauche et pseudo-progressistes, qui ont promis une rupture avec les politiques d'austérité, mais ont fini par appliquer eux-mêmes ces mesures d'austérité. C'est le cas de Podemos dans l'État espagnol, qui fait partie du gouvernement « néolibéral progressiste » du PSOE. Avant, Syriza avait promis un gouvernement anti-austérité, mais a fini par être le meilleur élève du FMI et de l'UE (Union Européenne) pour mettre en ouvre les plans de la troïka, ouvrant ainsi la voie au retour de la droite. »

Nous sommes directement concernés. Nous devons en effet rejeter l'Union Européenne. Nous devons chacun dans notre pays demander la sortie de l'Union Européenne. L'AGIMO a mené dans ce sens toute une campagne pour faire reconnaître une vérité bien cachée par tous les médias aux mains des groupes capitalistes : Walter Hallstein qui fut le premier président de la CEE (Commission Economique Européenne) et le resta pendant 9 ans fut auparavant un nazi de premier plan.

Les 4 organisations du FIT-U ont pu dialoguer entre-elles sans concessions mais sans violences verbales. Elles l'ont fait notamment l'année dernière, le 21 août 2020, à l'occasion du 80ème anniversaire de l'assassinat de Léon Trotsky. Nous voyons avec ces discussions que le bilan peut maintenant être tiré sereinement de toutes ces années où le trotskysme a été déchiré par de multiples crises et ainsi dispersé. Des principes simples sont maintenant admis par tous. Ils permettront assurément que les mêmes erreurs ne se répètent pas. Il n'est plus question de chercher des raccourcis en capitulant devant les appareils staliniens comme cela s'est fait en 1951/53 avec « la crise pabliste » ni de capituler devant l'appareil « socialiste » construit sur les débris de la IIème internationale comme cela s'est fait avec la crise des « lambertistes » en 1981. Nous savons aussi qu'il faut rejeter le national-trotskysme. Notre combat est, avant tout celui de la construction d'une internationale révolutionnaire. Nous savons aussi que nul dirigeant actuel d'une organisation se réclamant du trotskysme ne peut prétendre avoir une autorité semblable à celle de Léon Trotsky. Aucun n'a accumulé l'expérience qu'avait Léon Trotsky. Le fait que des dirigeants comme Pablo, Mandel, Lambert ou Healy aient voulu, à certains moments, imposer leur point de vue avec des méthodes bureaucratiques, a eu des effets dramatiques mais, avec le recul du temps, nous pouvons dire aussi qu'il était ridicule d'avoir tant de prétentions. Nous voyons donc que dans les débats entre nous la plus grande démocratie doit être respectée. Personne n'a qualité pour imposer son point de vue aux autres. Toute cette richesse accumulée actuellement par diverses organisations doit permettre de reconstruire la IVème internationale dans les prochaines années. C'est cette perspective qui nous uni et qui nous guide.

Je vous souhaite mes chers camarades de mener des débats fructueux au cours de votre XVème conférence pour que nous progressions ensemble dans ce sens.

espaceLe 19 novembre 2021, Jean Dugenêt


ligne blanche

espaceDéclaration de soutien international au FIT-U : carre blanc version française
espacecarre blanc version espagnole avec la liste des signataires
coin bas gauche coin bas droit


ecarteur ecarteur

Proclamation de l'AGIM0


L'AGIMO a été proclamée en pleine crise sanitaire avec la pandémie du coronavirus. C'est pourquoi, pour répondre à l'urgence, elle propose en premier lieu un plan de sauvegarde de la population en 8 points (texte ci-contre). Cette crise sanitaire se conjugue avec une crise économique mondiale de grande ampleur qui inquiète les capitalistes.

Mais, pour les travailleurs, peu importe que les banques fassent faillite. Si les mesures élémentaires pour assurer la vie et la santé sont incompatibles avec les exigences de l'Union Européenne et des capitalistes alors il faut passer à un stade supérieur d'organisation. Il faut que les travailleurs prennent le pouvoir.

L'AGIMO reprend à son compte le mot d'ordre des gilets jaunes et du mouvement social déclenché depuis décembre 1919 : "MACRON DEMISSION". Qu'il dégage !

Il faut donc que les organisations ouvrières traditionnelles (PCF, PS, FI) forment un gouvernement provisoire mais en aucun cas nous ne les laisserons faire une politique à la Tsipras. Elles devront immédiatement lancer la procédure de sortie de l'UE, instaurer le RIC et convoquer une Assemblée Constituante. L'expérience du Brexit nous montre qu'un plan de sortie de l'UE peut être mis en place en moins de trois mois puisque nous bénéficions de l'expérience des anglais. Les français ont voté "Non" au référendum de 2005. Ils ont donc exprimé leur rejet de cette UE. Ils faut donc mobiliser les forces majoritaires du pays. En particulier, il faut que les Gilets Jaunes cessent de tergiverser sur la question du Frexit sans lequel ils ne pourront jamais avoir le RIC en toute matière pour lequel ils se sont prononcés. Il ne leur resterait plus qu'un RIC applicable localement ce qui serait de peu d'intérêt. Ils peuvent même prendre l'initiative en lançant un appel dans ce sens. Le mouvement des Gilets Jaunes pourrait ainsi rebondir en entrant de plain-pied dans le combat politique tout en restant apartisan. Il leur faudra pour cela surmonter la puissante pression des européistes qui s'exprime assurément jusque dans leurs rangs. Il faudra d'ailleurs plus que la participation des Gilets Jaunes. Il ne faut pas se résigner à accepter que tous les militants des organisations traditionnelles du mouvement ouvrier suivent les dirigeants actuels dans leurs misérables trahisons comme le vote du 19 mars 2020 à l'assemblée nationale. Rappelons que, ce jour-là, ils ont voté la loin de finance rectificative pour 2020 qui accorde un cadeau de 300 milliards aux banques plutôt que d'exiger la mise oeuvre d'un plan de sauvegarde de la population tel que celui que nous proposons ci-contre. Ils ont tous voté pour les banques. Ils ont tous voté pour le capitalisme : les députés du Parti Communiste (Roussel en tête), du Parti Socialiste (Faure), de la France Insoumise (Mélenchon). Ce sont tous des traitres !
coin haut gauche coin haut droit
espace

Quelques sigles

Les sigles des organisations trotskistes (article ci-dessous)
==============================================

Organisations internationales :

petit carré LIS Ligue Internationale Socialiste
petit carré UIT-QI Union Internationale des Travailleurs - QI
petit carré LIT-QI Ligue Internationale des Travailleurs - QI
petit carré FT-QI Fraction Trotskiste - Quatrième Internationale
petit carré SouB Socialisme ou Barbarie


Organisations argentines :

petit carré MST Mouvement Socialistes des Travailleurs
petit carré IS Gauche Socialiste (Izquierda Socialista)
petit carré PSTU Parti Socialiste des Travailleurs Unifié


Organisations brésiliennes :

petit carré AS-PSOL Alternative Socialiste (PSOL)
petit carré CST-PSOL Courant Socialiste des Travailleurs (PSOL)
petit carré PSOL Parti Socialisme et Liberté
petit carré PSTU Parti Socialiste des Travailleurs Unifié


Organisation belge :

petit carré LCT Ligue Communiste des Travailleurs
coin bas gauche coin bas droit
ecarteur ecarteur ecarteur
coin haut gauche coin haut droit

Il y a-t-il une contradiction ?


Le fait que nous demandions qu'un gouvernement du PCF, du PS et de la FI organise la sortie de l'UE nécessite quelques explications puisqu'il y a une apparente contradiction. Nous savons tous en effet que les directions de ces organisations sont fermement opposées au Frexit.

Il s'agit pour nous d'exprimer le plus clairement possible les aspirations de la masse des travailleurs afin de les diriger vers la prise du pouvoir. La sortie de l'UE est une aspiration populaire. Rappelons que le peuple a clairement indiqué lors du référendum de 2005 qu'il ne veut pas de cette UE. Il avait pourtant subi une propagande effrénée relevant du bourrage de crâne. Toutes les radios, les télés et les journaux n'avaient fait que de vanter les avantages de l'UE en prédisant d'ailleurs que le vote pour le "Oui" allait l'emporter.

Par ailleurs, les travailleurs n'ont pas d'autres solutions pour se mobiliser massivement que de le faire dans le cadre de leurs organisations traditionnelles quel que soit d'ailleurs ce qu'ils en pensent. Ils aspirent à l'unité de leurs organisations. Le bilan de la dernière élection présidentielle est de ce point de vue clair. S'il y avait eu un seul candidat à la place de Hamon et de Mélenchon, il aurait été élu. Les travailleurs veulent cette unité.

Il n'y a donc de contradiction que pour ceux qui ne raisonnent qu'avec la logique formelle. Or, les marxistes manient la dialectique. Il n'y a pas de contradiction, par exemple, entre les états "solide", "liquide" et "gazeux". L'eau est un liquide qui peut être solide (la glace) ou gazeux (la vapeur d'eau). Ce n'est qu'une question de température. La dialectique est dans la nature comme disait Engels. Elle est aussi, et surtout, dans la lutte des classes. En proposant un gouvernement PCF/PS/FI qui organise la sortie de l'UE, nous voulons "faire monter la température". Nous n'adressons pas cette demande aux seules directions des organisations mais aussi à l'ensemble des travailleurs et des militants. C'est la voie qui permet de les mener vers la victoire car, si les directions-traitres leur barrent le chemin, ils devront les bousculer. Elles devront céder ou d'autres prendront leur place. C'est ainsi que se regroupe et se forme une avant-garde.
coin bas gauche coin bas droit

L'AGIMO devient une organisation trotskiste

Nous avons pris contact avec trois organisations internationales se réclamant
du trotskisme et de Nahuel Moreno en envoyant le texte suivant :

===========================

L'AGIMO sollicite son adhésion comme section française observatrice ou sympathisante de (la UIT-QI / la LIS-ISL / la LIT-QI). L'AGIMO cherche à renouer avec le combat pour la reconstruction de la 4ème internationale afin de se déclarer organisation trotskiste sans s'enfermer dans le national-trotskisme.
L'AGIMO est une petite organisation française qui agit essentiellement sur les réseaux sociaux avec son site web et un groupe de discussion sur Facebook.
De plus, j'écris personnellement des articles sur un blog de Médiapart et sur un site de journalisme citoyen : « AgoraVox ». Nous expliquons notre démarche dans l'article : « Il n'y a plus de trotskistes en France »
Nous sommes arrivés à la conclusion que seuls ceux qui se réclament de Nahuel Moreno peuvent transmettre l'héritage du trotskisme. Toutes les autres organisations internationales ayant capitulé y compris ceux qui revendiquent l'héritage de Stéphane Just, alors que Stéphane Just lui-même est resté un vaillant trotskiste jusqu'à sa mort. Il n'est cependant pas exempt de critiques notamment dans ce qu'il a écrit à propos de Nahuel Moreno. Nous avons donc, dans un premier temps, sélectionné cinq organisations internationales qui sont issues du morenisme (LIS, UIT-QI, LIT-QI, FT-QI et SouB). Nous expliquons cela dans un article intitulé : « Le troskisme en Argentine ».
Nous avons éliminé les deux dernières organisations essentiellement parce qu'elles ont rompu avec le morenisme et, d'ailleurs, elles ne s'engagent pas dans le combat contre l'Union Européenne. Nous restons donc ouverts à la discussion avec les trois autres organisations et nous essayons de voir où se situent les divergences entre-elles. Nous essayons donc de voir aussi les divergences au niveau des trois organisations argentines (MST, IS et PSTU) et brésiliennes (AS, CST-PSOL, PSTU). Nous essayons aussi de voir quelle est la réalité de la section française de la LIS (La commune) et de la section belge de la LIT-QI (LCT)).
Nous souhaiterions évidemment qu'il y ait une discussion publique entre ces trois organisations dans le but d'essayer de résorber les divergences.
Nous sommes prêts à prendre des mesures concrètes pour avancer dans ce sens. Des rencontres sont envisageables. Nous sollicitons pour l'instant l'adhésion de l'AGIMO comme section observatrice dans chacune de ses trois organisations internationales.
Sur la politique en France, nous avons fait une campagne pour faire connaître la vérité à propos de Walter Hallstein : ancien nazi recyclé par les américains pour être le Président pendant 9 ans de la CEE. Les défenseurs de l'UE refusent évidemment d'admettre cette vérité.
Maintenant nos deux axes d'intervention sont :
petit carré A bas l'UE !
petit carré Pour un gouvernement des organisations ouvrières PC/PS/LFI.

Pour l'AGIMO, Jean Dugenêt.


coin haut gauche coin haut droit
Sortir au plus vite de l'UE

Tel est en effet l'objectif premier de l'AGIMO : sortir de cette dictature. Car c'est bien de cela qu'il s'agit. La France n'est plus un pays indépendant. Cela est moins visible qu'avec le pétainisme car nous ne subissons pas une occupation étrangère mais, pour autant, nous avons bien perdu toute indépendance. Nous le constatons d'ailleurs depuis des décennies : quelle que soit la combinaison gouvernementale en place c'est toujours la même politique qui s'applique. Que le président de la république soit de "droite" ou de "gauche", qu'il y ait ou non une cohabitation ce sont toujours les GOPE (Grandes Orientations de la Politique
Economique) élaborées à Bruxelles qui sont mises en oeuvre. La loi El Khomri, les lois sur les retraites et bien d'autres répondent aux exigences des GOPE. Les commissaires européens qui dirigent ne sont élus par personnes. Les députés élus du parlement européen n'ont aucun pouvoir. En voici une preuve parmi d'autres : les députés européens avaient voté en 2014 à 61% contre la commercialisation et la culture du maïs transgénique mais la Commission Européenne est passée outre. Ainsi les 80% de français qui sont contre la culture d'OGM ont vu l'arrivée d'un nouvel OGM dans leurs rayons. Preuve aussi que dans ces conditions les députés de l'assemblée nationale ne servent à rien. Ils avaient voté à 85% contre la réintroduction des farines animales dans notre alimentation mais cela a tout de même été imposé par l'Union Européenne en juillet 2011. Alors rien ne peut améliorer la situation des français sans d'abord sortir de l'UE. Tous ceux qui proposent une "autre Europe" vous mentent. Elle n'est pas réformable. Tous les pseudos-révolutionnaires qui prétendent que la question européenne n'est pas importante vous mentent. Il est absurde de prétendre faire une révolution en France, ou seulement changer de régime, sans quitter l'UE. C'est aussi absurde que de prétendre faire une révolution socialiste dans un pays colonisé sans s'affranchir du joug du colonialisme.
coin bas gauche coin bas droit
Pour toute demande reportez-vous à la page "Contact"